starlix tablet Il vient de se tenir ce lundi 01/02/2021 à l’hôtel Elizabeth, un atelier de mi-parcours sur les projets CERF et BM sous la facilitation de l’Organisation internationale pour les migrations en sigle OIM. Ayant connu la participation de plusieurs acteurs, cette activité s’est averée importante dans la mesure où depuis juin 2020, période à laquelle la dixième épidemie de la maladie Ebola a été declarée officiellement « FINIE » en République démocratique du Congo, la province du Sud-Kivu a besoin de maitriser les mouvements de sa population sur le plan sanitaire pour qu’elle ne puisse pas être la porte d’entrée d’une nouvelle épisode de la maladie Ebola et surtout que le Covid19 continue à faire jusque là des victimes à travers le monde. C’est pourquoi, la communauté humanitaire n’est pas restée indifférente au vue de différentes conséquences que cette maladie a causé, a fait remarqué le Ministre Provincial en charge de la santé dans son mot d’ouverture de ces travaux. Ainsi, au mois d’octobre 2020, il s’est tenu à Goma, une grande rencontre composée de multi-acteurs de trois provinces( Ituri, Nord-Kivu et Sud-Kivu) pour définir les axes des priorités afin de barrer définitivement la route à une enième épisode de cette maladie d’Ebola. De la feuille de route qui s’en est sortie, il y a eu l’adoption et le lancement de deux projets importants: le projet CERF financé par le fonds Humanitaire et le projet BM financé par la Banque mondiale. L’atelier de ce 01/02/2021 a donc comme objectifs de faire une évaluation à mi-parcours de la mise en oeuvre de ces deux projets en province du Sud-Kivu, d’examiner les défis qui continuent à obstruer la pérénisation de ces projets et de proposer des recommandations afin que lesdits projets puissent atteindre d’une manière optimale leurs objectifs, c’est à dire arriver à la pérénisation des acquis de la riposte de la maladie Ebola. C’est justement dans ces perspectives que le projet CERF est appelé à transformer les points d’entrée à des angars communautaires. Au Sud-Kivu, il est prévu la construction de trois angars communautaires dans les zones de santé de Mwana en Chefferie de Burhinyi et Mwenga en Chefferies de Lwindi et Basile. Cette dernière a été représentée personnellement par le Mwami Kalenga. Il y a lieu de noter que ces angars communautaires seront construits en durs et dotés de tous les paquets complets pour son fonctionnement. En ce qui est du projet BM, Il est prévu la construction d’une manière moderne, de cinq points d’entrée dont deux au Sud-Kivu à savoir les points d’entrée d’Uvira et celui de Kamanyola. Toujours dans ce projet, Il sera également question de renforcer les capacités de surveillance épidémologique dans 12 zones de santé dont 4 au Sud-Kivu, en l’occurence: Ies zones de santé d’Ibanda, Miti-Muresa, Nyangezi et Uvira, hormis le véhicule, les fournitures de bureaux et intrants qui feront partie du lot de materiels à disponibiliser. Au regard de l’impact de ces deux projets au Sud-Kivu, les participants présents à cet atelier ont formulé, entre autre recommandations, l’utilisation de la main d’oeuvre locale pour la construction de ces angars communautaires et points d’entrée afin d’amener la population locale à s’approprier desdits projets. Espérons que l’exécution de ces deux projets déjà en cours, va se cloturer dans le délai recquis au profit de toute la population du Sud-Kivu sans qu’il y ait des soupsons de détournement.

blackjack 21 casino online Arish

Catégories : Activités

0 commentaire

Laisser un commentaire

awry femme mariee cherche rencontre Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ivomec for dogs heartworm prevention

manhunt gay dating site