Il est fort malheureux de constater aujourd’hui que la cruauté humaine a dépassé les limites de l’intolérable. L’être humain est dépouillé de toutes ses valeurs qui constituent le fondement même de son existence. Il suffit de regarder le niveau d’atrocité qui se passe au travers le monde pour s’en rendre compte. Face à cette triste réalité, la République démocratique du Congo n’est pas en marge de la liste des pays dont la boucherie humaine est désormais considérée comme une des activités qui se porte très bien. De ce constant, depuis déjà un quart de siècle, l’ Est de la RDCongo sert comme un champ d’expérimentation à tous ces différents macabres. Les morts sont comptés par milliers voire par millions. Il ne se passe pas un jour sans qu’on puisse apprendre qu’il y a des nouvelles victimes qui se sont augmentées sur la liste. C’est donc dans le souci de rendre hommage à tous ceux qui sont tombés d’une manière injuste et demander la mise en place d’un tribunal pénal International sur le Congo en vue de juger les auteurs de ces crimes qu’un requiem pour la paix a été organisé aujourd’hui ce 12/02/2020 par l’association UWEZO AFRIKA INITIATIVE sous l’accompagnement du prix Nobel de la paix, le Dr Denis Mukwege dans la cathédrale Notre-Dame de la paix de Bukavu. Une cathédrale dont les murs raisonnent les souvenirs d’un compatriote en la personne de Monseigneur Muzirwa, tombé sous les balles à cause de la méchanceté des hommes comme l’a souligné le prix Nobel de la paix dans son mot de circonstance. C’est pourquoi, à la place des bruits de bottes et de canons, il faut privilégier la paix et la fraternité entre les hommes. La cathédrale notre dame de Bukavu comme son nom l’indique a pour vocation de prêcher la paix. C’est en lançant les messages de paix qu’on pourrait amener les hommes à la réconciliation a dit l’archevêque François Maroyi. Cependant, il y a lieu de noter que la réconciliation a un prix à payer pour soigner les plaies liées aux guerres à répétition en RDCongo avec toutes ses conséquences relatives aux multiples violations de droits humains. Sur ce, les « devoirs de mémoire, de vérité et de justice » s’imposent a soutenu le Dr Denis Mukwege. La création du Tribunal de Neeremberg en Allemagne après la deuxième guerre mondiale et les Tribunaux spéciaux créés en Afrique du Sud après l’aparthed et au Rwanda après le génocide en sont les exemples les plus éloquents. Ceci, a pour le mérite d’honorer les morts et rendre justice à tous ceux qui ont quitté cette terre à cause de la méchanceté des Hommes. Ne dit-on pas qu’il n’ y a pas des vivants sans les morts et les morts sans les vivants? L’Homme doit être valorisé dans toutes ses dimensions. Même sous la terre, il a droit à l’honneur et à la dignité. Les femmes enterrées vivantes de Mwenga, les massacre de Kasika, Makobola, Kanyola, Beni ect….ne doivent pas rester impunis. La mise en place de ce tribunal pénal international sur le Congo s’impose pour que le sang de nos compatriotes ne puisse pas rester impuni. Cela aura l’avantage comme l’a dit le prix Nobel à créer véritablement un climat de réconciliation entre les Hommes voire même entre les vivants et les morts.

Catégories : Activités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *