Après plusieurs mois de tâtonnements et de léthargie qui a conduit à plus d’une personne à affirmer que l’Office des routes a visiblement manifesté ses limites par rapport à ses responsabilités pour la remise en état de la route nationale numéro 2 en Territoire de Mwenga, aujourd’hui dans un état de degration très avancée, la société REGALE vient de poser les premiers gestes pour la réhabilitation de cette route à partir de Kibanda en Chefferie de Basile. Les machines avancent, bourbier après bourbier pour boucher les trous et créer des déviations pour permettre et faciliter le traffic. Un traffic qui est aujourd’hui asphyxié à cause des grands bourbiers qui jonchent cette route. Les camions y sont embourbés pendant plusieurs jours sans la moindre solution de la part des camionaires et avec toutes les conséquences qu’on peut facilement imaginer. Là où l’Office des routes a échoué à cause de la modicité des moyens qui étaient mis à sa disposition, nous souhaitons que la société REGALE puisse réussir a affirmé le Mwami Kalenga dans son interview avec les journalistes passée au cours des éditions vespérales dans plusieurs chaines de Radios tant de Bukavu que de Mwenga. Nous ne pouvons qu’espérer, dans un temps record, voir le traffic à nouveau réouvert après sept mois de calvaire. Le Territoire de Mwenga, nous ne cesserons de le dire, est non viable sans cette route nationale numéro 2. Les effets collatéraux que nous observons aujourd’hui sur le plan socio-économique à cause de la détérioration de cette route sont des éléments révélateurs qui confirment cette affirmation. Le pouvoir public doit donc prendre ses responsabilités pour remettre vite en état cette route à chaque dégradation. Les populations paient régulièrement leurs taxes et impôts et elles ont droit à des routes qui vont leurs permettre de se mouvoir pour leur épanouissement et faire le commerce. Ce qui oblige l’Etat Congolais de s’acquitter de son devoir celui de garantir la circulation des populations et leurs biens.

Catégories : Activités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *