La dégradation de la route nationale n°2 en Territoire de Mwenga continue à se faire parler d’elle dans les toiles ces derniers jours. Fatiguée et pour faire attendre sa voix, la population de Bigombe/Mwenga a ce vendredi 07/02/2020 brûlé les pneus et sacagé la barrière de FONER( Fonds National d’Entretien Routier) placée à cet endroit. Oui…, cette voix a pu remonter jusqu’à Bukavu à +/-187kms où se trouve les sièges des institutions provinciales et a pu se croiser avec la descente en vacances parlementaires des députés provinciaux originaires du Territoire de Mwenga. Il s’agit des Honorables Blandine Moza Kalafula, Adonis Mukamba, Kabeza Zihundula et Kababile. (voir les photos). Une coïncide qu’il faille capitaliser pour que ce problème de détérioration de la route nationale n°2 en Territoire de Mwenga puisse trouver solution, palliative soit-elle. Palliative, parce que nous l’avons appelé route nationale. Et toutes les routes nationales sont gérées par le gouvernement national. C’est à partir de Kinshasa, qu’il peut y avoir des décaissements importants de fonds pour l’entretien de cette route. Ne perdons pas de vue qui risque de nous faire perdre la cible. Sans pour autant chercher à couronner la visite de nos députés provinciaux du fait qu’ils ont eu à palper du doigt le niveau de dégradation de cette route, il y a lieu de les encourager pour ce travail de « parlementaire » qu’ils viennent de faire. Du fait qu’ils ont vu de leurs propres yeux l’état de dégradation de cette route et se sont déplacés dans des conditions difficiles voire à pieds et à moto de Kasika à Mwenga-centre, nous pensons que cela vont leurs permettre d’être les portes paroles de cette population qui ne sait plus à quel saint se vouer. La réunion qu’ils ont eu à organiser avec la population aujourd’hui dans la grande salle de la chefferie de Basile ainsi que celle tenue avec la société civile ont clairement révélé que la dégradation de cette route est la principale préoccupation de la population de Mwenga qu’il faille trouver des solutions. L’idéal serait que ces efforts des députés provinciaux puissent être additionnés à ceux de députés nationaux pour faire front commun afin de faire attendre la voix de la population de Mwenga jusqu’aux décideurs à Kinshasa. Nous pensons que ce n’est pas un pari impossible même si aujourd’hui en R.D du Congo, plus rien ne se décroche du Gouvernement avec facilité.

Catégories : Activités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *