La réhabilitation de la route nationale numéro 2 en Territoire de Mwenga en cette période de saison sèche qui s’annonce est devenue plus qu’une nécessité si bien que dans tous les coins et recoins du Territoire, c’est l’un des sujets saillants qui alimentent les conversations de nos populations. Ceci, non sans raison d’autant plus que cette route présente un intérêt économique majeur dans la vie de tous les jours de ces populations. Les travaux qui sont en train d’être réalisés par la société REGALE sur cette route constituent un ouf de soulagement mais les attentes sont encore loin d’être satisfaites au regard du niveau de dégradation très avancée de cette route. A Chaque kilomètre, il y a un bourbier qui attire l’attention des voyageurs et la vigilance des chauffeurs au volant. La société REGALE fait ce qu’elle peut pour sauver ce qui peut l’être. Mais malheureusement des pesanteurs continuent encore à se faire sentir Jusque là sur terrain. L’on ne peut observer que deux machines à pied d’œuvre sur les chantiers: le chargeur et la pelle mécanique. Le compacteur, la Neveuleuse et d’autres machines de première nécessité dans la réfection des routes en terres ne sont pas visibles. Ceci, font retrancher les points aux chinois de la société REGALE qui sont en train d’exécuter les travaux de réhabilitation de cette route. La saison sèche aidant malgré la qualité de travaux qui, du reste, est encore sujette à caution ainsi que la présence des bourbiers visibles un peu partout, les chauffeurs des Taxis et Taxi-bus commencent déjà à se frayer le chemin et arrivent à atteindre difficilement la ville de Kamituga(175kms de la ville de Bukavu). Ce qui réduit visiblement le prix de transport. Un voyageur qui se déplace de Bukavu à kamituga paie désormais 40000 francs Congolais dans le taxi et 30000 francs Congolais dans le taxi-bus. L’on nous signale que les premiers taxis en provenance de Bukavu sont arrivés vendredi passé à la grande satisfaction de toute la population. De tout ce qui précède, que dire de l’Office des Routes? L’on observe des machines abandonnées avec des écriteaux OR(office des routes) à leur triste sort le long de la route qui dénotent tout simplement un aveux d’impuissance. Le personnel de cette société Étatique quasi introuvable à l’image des soldats qui ont fuit les champs batailles. Face à cette situation, la société REGALE va faire la différence? En tout cas c’est le souhait de toute une population qui ne rêve que la réhabilitation de cette route pendant cette saison sèche. Avec l’annonce par le conducteur des travaux sur terrain de l’arrivée déjà à Bukavu d’autres machines qui vont bientôt descendre sur terrain pour renforcer celles qui sont déjà à pied d’œuvre, l’on peut dire que l’espoir est encore permis et surtout que la saison sèche ne fait que commencer. Espérons qu’au mois de septembre, cet espoir de toute une population ne sera pas mis à genoux.

Catégories : Activités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *