Vendredi 11/09/2020, une date qui sera considerée comme maudite dans les annales historiques de cette ville pourquoi pas de tout le Territoire de Mwenga, date à laquelle les populations n’oublioreront pas de si tôt au regard du drame qui vient d’endeuiller les familles à un clin d’oeil. Plus de 60 personnes, jeunes dans la plupart d’entre eux, ensevelies au même moment et dans des mêmes circonstances sous la terre dans trois sites différents. Un incroyable destin de ces jeunes qui a connu une déclinaison désastreuse et a fait endeuillée toute la ville de Kamituga, tout le Territoire de Mwenga voire toute la province du Sud-Kivu. Des jeunes qui n’avaient que leurs pioches et marteaux à la recherche de l’or à plus de 50 mètres sous terre afin de garantir leur pain quotidien. Mais hélas…, la catastrophe ne les a même pas accordé une seconde pour leur permettre de se sauver. Des jeunes gens qui viennent de quitter cette terre des hommes à fleur de l’âge au moment où la ville de Kamituga, le Territoire de Mwenga et notre province du Sud-Kivu avaient encore besoin d’eux. C’est donc par élan de solidarité et dans le souci de réserver une pensée pieuse aux illustres disparus que le Mwami Kalenga et Chef de Chefferie de Basile, vient de suspendre jusqu’à nouvel ordre toutes les activités des creuseurs artisanaux dans son Entité. Les messages de condoléances se multiplient et abondent la toile dans tous les sens. Les autorités politico-asministratives de la province courent visiblement derrière les évènements alors qu’en amont, aucune mesure préventive n’a été envisagée pour encadrer ces creuseurs artisanaux. Le nouveau code minier reste inconnu et les autorités habilitées à sensibiliser et à faire appliquer les dispositions de cet outil juridique continuent à dormir sur leur laurier, ceci dans une amnésie totale. Cela laisse penser visiblement que la connaissance du cadre juridique de ce secteur reste le cadet de leur souci. Et même, à chaque fois qu’il faut interpréter les dispositions de ce code minier, les obligations s’orientent beaucoup plus sur les creuseurs que sur les agents de mines, SAEMAP, police de mines ect. Les seminaires et ateliers de capacitation sur le secteur de mines et bien d’autres se terminent très souvent comme ils se sont ouverts avec grande pompe et gratification des perdiems aux participants. Malheureusement sur terrain, rien de concret. Et voilà aujourd’hui les résultats…! Cela doit interpeller notre conscience. Oui…, face à cette catastrophe, il y a une forte demande pour que les morts puissent être enterrés dans des conditions humainement dignes. Mais, est ce que ceci va effacer la douleur qui s’est brutalement enkystée dans les coeurs de nombreuses familles en ces moments? Les services étatiques habilités ci-haut décrits doivent convénablement jouer leurs rôles au lieu de venir comptabiliser les morts et gonfler la liste de ceux qui présentent les messages de condoléances. La ville de Kamituga et le Territoire de Mwenga ne veulent plus revivre dans l’avenir un tel drame.

Catégories : Activités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *