Chefferie de BASILE: Pour sécuriser ses forêts, la communauté Bawanda vient d’exprimer sa volonté de créer la foresterie communautaire

La foresterie communautaire est un processus juridique et sociologique qui vise à octroyer les concessions forestières aux communautés locales. Cela ne peut être possible que si ces communautés locales ont un droit écrit sur les forêts qu’ils prétendent leur appartenir en vertu de la coutume. En RDCongo, le code forestier à son article 22 affirme qu’ « une communauté locale peut, à sa demande, obtenir à titre de concession forestière, une partie ou la totalité des forêts protégées parmi les forêts régulièrement possédées en vertu de la coutume ».
Toujours sur cette lancée, le décret-loi n°14/018 du 02 Août 2014 fixe quant lui, les modalités d’attribution des concessions forestières aux communautés locales et présente un certain nombre de critères à remplir à toute communauté désireuse obtenir à titre gratuit et perpétuel, une concession forestière sur la partie ou totalité de sa forêt qu’elle possède en vertu de la coutume. Parmi ces critères, il y a la tenue d’une assemblée communautaire au cours de laquelle un procès verbal doit être produit et signé dûment par les représentants coutumièrs attitrés de la communauté locale. C’est ce qui explique la tenue de cette assemblée communautaire ce 28- 29/05/2021 à Mbobole/Wimbi, chef lieu du groupement Bawanda en Chefferie de BASILE. Ceci, dans le but de répondre justement aux exigences du processus afin que la communauté concernée puisse se retrouver dans une position d’éligibilité pour obtenir à titre gratuit et perpétuel auprès du Gouverneur de la Province du Sud-Kivu, une concession forestière.
Retenons que toutes les étapes exigées dans ce processus ont été respectées. L’assemblée a pu adopter souverainement « MI’UE N’ALINGA » comme nom de la concession sollicitée et choisir comme mode de gestion, le comité local de gestion communautaire. A cette fin, il y a eu organisation des élections en toute transparence et les heureux élus ont été présentés à toute l’assemblée et ceci, à la grande satisfaction de tous. Le représentant de Mwami et chef de la Chefferie ainsi que le Coordinateur de BCGP-BASILE présents à l’activité, ont tour à tour demandé à la population de BAWANDA à s’impliquer encore d’avantage pour la concrétisation de ce projet qui, du reste, est inscrit dans le Plan de Développement Local de la Chefferie.
Il y a lieu de retenir que cette activité a été rendu possible grâce à l’accompagnement de la Chefferie de Basile et l’Association pour la conservation communautaire de la Biodiversité »ACCB »qui a bénéficié le fonds de la coopération suisse. Au regard de l’engouement manifesté par les participants pendant ces deux jours de travaux, il y a lieu de dire que la communauté locale de BAWANDA veut à coup sûr, voir ses forêts être protégées.

RN2: les taxis ont repris de nouveau les navettes entre Bukavu-Mwenga

Après une très longue période d’attente, les taxis viennent de reprendre à nouveau les navettes Bukavu-Mwenga aujourd’hui 23/05/2021 et cela, à la grande satisfaction des usagers de cette route nationale numéro2. Une route qui, hier était dans un état piteux, aujourd’hui elle a connu une métamorphose totale au regard d’intenses travaux de réhabilitation effectués par la compagnie Chinoise ORC sous la supervision de l’Office des routes et le leadership du Gouverneur de la province du Sud-Kivu. Un grand ouf de soulagement et une grande satisfaction pour cette population de Mwenga même si on aurait voulu voir ces taxis arrivés dans la ville de Kamituga, a déclaré le Mwami Kalenga dans les radios locales. Autrement dit, il reste encore deux grands bourbiers pour parfaire ce travail et atteindre la ville de Kamituga qui se trouve à +/- 175kms de Bukavu, Chef lieu de la province. Il faut reconnaître que ce travail est très apprécié et redonne de l’espoir à la population de Mwenga. Une population qui ne savait plus de quel saint se vouer et quelle prière évoquée pour sortir de ce gouffre. Des voies se sont levées de partout, des mémorandums, des pétitions et des désobéissances fiscales pour faire pression aux Gouvernements tant au niveau Provincial que National. Et voilà, aujourd’hui le résultat…! Un résultat qui tire cette population de la descente aux enfers dans laquelle elle était plongée d’autant plus que la pauvreté était vraisemblablement perceptible partout et avait pris une proportion inquiétante à cause de la dégradation très avancée de cette route. Des prix des denrées alimentaires et produits manufacturés étaient multipliés fois trois, quatre voire cinq, six ect. Bref, la population de Mwenga vient de connaître une année de galère, proche de l’époque moyenâgeuse. Aujourd’hui, la page est en train d’être tournée et il faut relancer de nouveau l’économie. Pour cela, il faut voir comment définir à temps une politique bien pensée pour la maintenance de cette route. Ceci, pour éviter de se replonger dans cette triste situation et surtout que la pluviométrie dans la zone est très abondante. Cette politique de maintenance doit être réfléchie maintenant et non demain. Parce que demain, risque d’être encore trop tard.

CHEFFERIE DE BASILE: Le plan global d’aménagement des terres de communauté locale dans le groupement de BABULINZI, à Mwenga-centre enfin rendu public

Dans le cadre de l’opérationnalisation des activités (projets) retenues dans le Plan de Développement Local de la Chefferie pour l’exercice 2018-2022, il est prévu d’améliorer l’habitat. Or, cette amélioration de l’habitat ne peut être possible que dans des sites assainis et aménagés.
C’est dans cette perspective qu’une réunion de concertation a été organisée entre Mwami KALENGA, Chef de groupement de BABULINZI et Chefs de Villages concernés pour identifier les sites qui peuvent accueillir ce projet. C’est donc à l’issue de cette concertation qu’il a été retenu à l’unanimité que les sites ci-dessous et mieux identifiés à Mwenga-Centre, Chef lieu de la Chefferie, sont mieux placés pour répondre à ce besoin. Il s’agit de :
• KATUME1
• KATUME2
• MWIMBILI
• KABUMBA
• SAPO
Pour ainsi se soumettre aux exigences urbanistiques, la Chefferie a fait appel et bénéficié de l’expertise d’un ingénieur qualifié en urbanisme qui a produit le présent plan d’aménagement (ci-joint en annexe).
Le leitmotiv ayant poussé la Chefferie à concevoir ce projet qui se veut pilote est celui d’amener la population à améliorer leurs habitations, à Vivre dans des sites assainis et aménagés. Une telle politique une fois réussie, va non seulement contribuer au développement de la Chefferie mais également changer notablement l’image négative que d’aucuns ont toujours affiché vis à vis de nos milieux ruraux.
Les procédures d’acquisition des terrains sont donc ouvertes à tous et surtout qu’il y a déjà une commission de gestion qui a été mise en place pour ce faire.
Il ne reste qu’à introduire des demandes aux adresses de personnes ci-dessous :
• Ir MUKUNGILWA WILONDJA, Tel: 0998687751
• LWANGO KABONGOLO, Tel: 0991369209
Nous osons croire que toute personne désireuse d’avoir un chez-soi à Mwenga-Centre, en Chefferie de BASILE va s’approprier du présent projet pour garantir à sa famille un logement décent dans un environnement approprié.
Est-il possible de vivre une vie paisible tout en faisant un choix de construire une maison dans le milieu rural? La réponse à cette interrogation se trouve dans ce plan d’aménagement conçu pour vous et rendu public pour prise de connaissance.

Mwenga : Visite de courtoisie au Mwami Kalenga par des partenaires au développement intervenant dans la zone

Après une intense activité pour évaluer leurs projets sur terrain dans la Chefferie de BASILE, les différents partenaires(UNICEF, CARITAS BUKAVU, AAP) intervenant dans la zone n’ont pas voulu continuer leur itinérance au Nord du Territoire de Mwenga sans pour autant rendre une visite de courtoisie aujourd’hui 13/05/2021 au Mwami Kalenga en sa résidence de Butimba, siège de « Bwami »(cour royale) à Mwenga-Centre.Le nœud de leurs échanges a tourné autour de la collaboration qui doit exister entre les partenaires au développement et les autorités locales et ceci, pour l’intérêt de la population qui connait actuellement plusieurs difficultés, conséquences de cycles des violences pendant un quart de siècle causant ainsi la déstructuration du tissus économique de cette population locale qui, le moins qu’on puisse dire, était déjà fragile. La population ne peut pas donc s’approprier des interventions des partenaires si elle n’est pas associée. L’adage selon lequel  » faire un projet pour moi sans moi, c’est de le faire contre moi » en est sans doute illustratif.D’où, la nécessité, suivant les orientations du Plan de Développement Local de la Chefferie, de définir les axes d’interventions et prioriser les actions à mener ensemble avec cette population au travers leurs représentants, s’avère d’une importance capitale pour la réussite de ces projets-programme a-t-il insisté le Mwami Kalenga. Toutes les parties se sont accordées de se rencontrer à chaque fois que l’occasion s’impose pour faire des évaluations à mi-parcours de ces projets-programme, relever les difficultés éventuelles qui ruinent leur mise en oeuvre afin de les recadrer pour atteindre les objectifs assignés. Autrement dit, l’accompagnement des projets sociaux de base par des partenaires doit s’inscrire aux besoins déjà définis en amont par les communautés locales et l’exécution de ceux-ci doit se faire ensemble avec cette population locale. C’est de cette manière que cette dernière va s’approprier de ces projets pour améliorer tant soit peu son vécu quotidien et surtout que la plupart de ces projets sont dans le développement durable et non dans l’urgence. Après ces échanges qui garantissent une franche collaboration pour l’avenir entre les partenaires au développement, les autorités et communautés locales, la visite s’est clôturée par la prise des photos de famille pour immortaliser les souvenirs.

Mwenga : Visite de courtoisie au Mwami Kalenga par des partenaires au développement intervenant dans la zone

Après une intense activité pour évaluer leurs projets sur terrain dans la Chefferie de BASILE, les différents partenaires intervenant dans la zone n’ont pas voulu continuer leur itinérance au Nord du Territoire de Mwenga sans pour autant rendre une visite de courtoisie aujourd’hui 13/05/2021 au Mwami Kalenga en sa résidence de Butimba, au « Bwami »(cour royale) à Mwenga-Centre.Le nœud de leurs échanges a tourné autour de la collaboration qui doit exister entre les partenaires au développement et les autorités locales et ceci, pour l’intérêt de la population qui connait actuellement plusieurs difficultés, conséquences de cycles des violences pendant un quart de siècle causant ainsi la déstructuration du tissus économique de cette population locale qui, le moins qu’on puisse dire, était déjà fragile. La population ne peut pas donc s’approprier des interventions des partenaires si elle n’est pas associée. L’adage selon lequel  » faire un projet pour moi sans moi, c’est de le faire contre moi » en est sans doute illustratif.D’où, la nécessité, suivant les orientations du Plan de Développement Local de la Chefferie, de définir les axes d’interventions et prioriser les actions à mener ensemble avec cette population au travers leurs représentants, s’avère d’une importance capitale pour la réussite de ces projets-programme a-t-il insisté le Mwami Kalenga. Toutes les parties se sont accordées de se rencontrer à chaque fois que l’occasion s’impose pour faire des évaluations à mi-parcours de ces projets-programme, relever les difficultés éventuelles qui ruinent leur mise en oeuvre afin de les recadrer pour atteindre les objectifs assignés. Autrement dit, l’accompagnement des projets sociaux de base par des partenaires doit s’inscrire aux besoins déjà définis en amont par les communautés locales et l’exécution de ceux-ci doit se faire ensemble avec cette population locale. C’est de cette manière que cette population locale va s’approprier de ces projets pour améliorer tant soit peu son vécu quotidien et surtout que la plupart de ces projets sont dans le développement durable et non dans l’urgence. Après ces échanges qui garantissent une franche collaboration pour l’avenir entre les partenaires au développement, les autorités et communautés locales, la visite s’est clôturée par la prise des photos de famille pour immortaliser les souvenirs.

Bukavu: L’idée d’organiser la campagne agricole 2022 à Mwenga au début de la saison culturale A de cette année en cours commence à voir le jour

La nécessité d’organiser la campagne agricole 2022 au début de la saison A de cette année en cours dans le Territoire de Mwenga, a fait l’objet d’échanges ce 10/05/2021 entre la délégation conduite par le Mwami Kalenga et l’agence de la FAO au Sud-Kivu représentée par son Chargé de mise en œuvre des projets du programme de résilience, Monsieur Jean Marie SHINDANO. En effet, c’est à l’occasion d’une séance de travail qui a réuni à Bukavu les deux parties ci-haut citées au siège de la FAO sud-Kivu pour faire une évaluation du niveau d’exécution du programme de résilience dans le Territoire de Mwenga en général et la Chefferie de Basile en particulier que cette option a été soulevée par le Mwami Kalenga.
La réfection en cours de la route nationale n°2 en Territoire de Mwenga étant déjà un atout majeur, le Mwami Kalenga a estimé au cours de ces échanges, que par souci d’inciter les petits producteurs à reprendre l’agriculture à grande échelle, de permettre au Ministre Provincial sectoriel de visiter les divers projets exécutés par différents partenaires du Gouvernement Provincial et de recueillir les appréciations des communautés locales par rapport à l’implémentation de tous ces projets, il est plus qu’opportun que le gouvernement provincial puisse organiser à Mwenga la campagne agricole 2022 au début de la saison culturale A de cette année et surtout qu’il est très rare de voir une telle activité être organisée dans ce Territoire.Une proposition que la FAO n’a pas trouvé d’inconvénient. La prochaine étape sera donc de saisir le Ministre Provincial de l’agriculture et le Gouverneur de la Province du Sud-Kivu par le Mwami Kalenga et son équipe pour leur expliquer le bien fondé du lancement de cette campagne agricole 2022 à Mwenga au début de la saison culturale A de cette année. Espérons que l’exécutif provincial sera réceptif par rapport à cette sollicitation qui va dans le sens de booster d’avantage l’agriculture en province. Pour ce qui est du programme de résilience proprement dit, a fait remarqué le représentant de la FAO, il a connu au cours de la saison B de cette année d’énormes difficultés pour son exécution sur terrain du fait non seulement de la non disponibilité des semences à distribuer à 9800 ménages pour le seul territoire de Mwenga mais également de la détérioration très avancée de la route nationale n°2.
Toutes ces difficultés n’ont pas permis à ce que le programme de résilience puisse avancer comme souhaité a affirmé le représentant de la FAO. Mais il espère qu’au cours de la saison culturale A, le projet va évaluer plus rapidement parce que les obstacles évoqués précédemment sont en train de trouver solutions. C’est sur une note d’optimisme pour l’avenir que les deux parties se sont séparées après une prise des photos souvenirs ( voir les photos en annexe). Le Territoire de Mwenga, classé parmi les greniers de la province, a donc tout intérêt à faire prévaloir ses atouts sur le plan agricole pour contribuer à l’autosuffisance alimentaire de toutes les populations du Sud-Kivu.

Mwenga: Lancement du Service Foncier Coutumier dans la Chefferie de BASILE

« Service Foncier Coutumier », voilà un concept nouveau que la population de la Chefferie de BASILE doit désormais s’habituer au regard des rôles que cette nouvelle structure est appelée à jouer pour la sécurisation des terres rurales des communautés locales. C’est ce que nous pouvons retenir de l’activité de lancement dudit service dans la salle polyvalente de la Chefferie ce lundi 26/04/2021 par le Mwami Kalenga qui, dans son adresse a dégagé le contexte et la justification ayant milité pour la création de ce Service. Ce contexte et cette justification se résument dans ce sens que la loi foncière de 1973 à son article 193 et 194 oblige, pour toute demande en concession des terres rurales, le service des titres fonciers et immobiliers de vérifier par voie d’enquête préalable la nature et le droit que le tiers pourrait avoir sur cette terre rurale.
Autrement dit, l’enquête préalable a pour vocation de définir le droit de jouissance que le demandeur pourrait avoir sur ces terres de communautés locales.
Malheureusement, la question de jouissance des terres des communautés locales n’a pas été réglementée par la loi foncière de 1973 telle que révisée en 1980. La réglementation de cette question a été renvoyée à la publication ultérieure d’une ordonnance présidentielle qui, malheureusement aussi jusqu’aujourd’hui, c’est à dire 48 ans après voire un demi siècle, elle n’a jamais fait l’objet d’une quelconque publication.
Suite à ce vide juridique, le statut de Chef Coutumier promulgué en 2015 essaie de lever la voile en terme d’encadrement sur la jouissance des terres de communautés locales à son article 10 alinéa2 point3 qui dispose que »Le Chef Coutumier doit veuiller conformément à la loi, à la protection des espaces fonciers qui relèvent des terres des communautés locales ». C’est dans cette optique que le Chef de Chefferie de BASILE, le Mwami Kalenga a créé par voie d’arrêté un Service Foncier Coutumier qui a pour objectif principal d’accompagner et d’encadrer les besoins de sécurisation juridique des domaines fonciers de jouissance des communautés locales de BASILE pour une formalisation des titres coutumiers y afférents auprès de l’autorité coutumière compétente. La sollicitation de ce service par la population rurale pour la sécurisation juridique de leurs terres a pour finalité d’obtenir un Certificat Foncier Coutumier qui est considéré comme un document de base.
Ce service aura comme avantages entre autre d’assurer une gestion documentée de tout espace foncier coutumier de BASILE en vue de promouvoir la sécurité juridique dans ce domaine.
Mais également, ce service a l’avantage non seulement de rapprocher le demandeur à l’administration foncière coutumière mais aussi d’alléger les exigences administratives en termes de coûts pour les adapter au pouvoir d’achat des membres de communautés locales en besoin permanent de sécurisation juridique de la jouissance de leurs domaines fonciers coutumiers auprès du service habilité.
Nous osons croire que ledit service ne va pas s’écarter de son objectif principal tel que décrit précédemment pour que la population rurale de BASILE trouve réellement son compte. Le cas contraire, cela sera un service de trop pour étrangler encore d’avantage les maigres revenus de cette pauvre population.

Mwenga: Tous les prisonniers se sont volatilisés dans la nature suite à une énième évasion dans la prison Centrale

Encore une autre évision….! Cela devient comme un refrein à la prison centrale de Mwenga. Il ne se passe plus deux mois sans qu’on enregistre une évasion dans la prison centrale de Mwenga. Pour cet énième épisode, les faits se sont passés vendredi 16/04/2021 vers 19hOO’ où 10 pensionnaires de cette prison ont eu à maitriser les deux vieux policiers qui étaient commis à la garde ce jour là. Ceci est arrivé au moment où une dame, supposée être conjointe de l’un des prisonniers a amené la nourriture pour que son conjoint ne puisse pas passer une nuit blanche à cause de la faim. Les 10 prisonniers ont vu ce plateau de nourriture comme une manne d’autant plus que depuis le matin, ils n’avaient pas mis quelque chose sous la dent. Dans cette manoeuvre de passation d’assiettes de nourriture que les deux vieux geôliers, candidats à la retraite, ont été maitrisés, tabassés et séquestrés. Les 10 prisonniers se sont volatilisés dans la nature et personne ne connait leur destination. Le Mwami Kalenga, present à Mwenga et interrogé par les radios locales, confirme cette énième évasion et  émet des craintes de voir l’insécurité prendre de l’assenseur dans son Entité suite aux effets collatéraux de cette évasion. De ce fait, Il sollicite les autorités hierarchiques à pouvoir augmenter l’effectif des agents de l’ordre pour que l’Etat arrive à sécuriser les personnes et leurs biens dans son Entité. Espérons que cette fois-ci, ce cri d’alarme sera attendu et l’hierarchie repondra à cette demande qui devient plus qu’une nécessité pour la sécurisation de la Population de Mwenga. 

Mwenga: Réunion d’harmonisation des vues sur le projet WASH entre la CARITAS Archidiocèse de Bukavu et les représentants de la jeunesse

Sous la facilitation de Mwami Kalenga et la modération de l’ingénieur Wilondja Innocent, Secrétaire Administratif de la Chefferie de Basile, Il vient de se tenir à Mwenga, Chef lieu du Territoire du même nom et de la Chefferie de Basile ce mercredi 14/04/2021, une réunion d’harmonisation des vues entre la Direction de la CARITAS Archidiocèse de Bukavu et les représentants de la jeunesse, toutes tendances confondues à propos de divergences qui les opposaient en rapport avec la procédure d’exécution du projet Wash en Chefferie de Basile dans le cadre du programme de résiliance financé par le Gouvernement allemand.
Pour la petite histoire, la Caritas Archidiocèse de Bukavu a été retenue comme organe d’exécution dudit projet dans les quatre Entités Territoriales Décentralisées dont les Chefferies de NGWESHE, LUINDI et BASILE pour la Province du Sud-Kivu et le Secteur de BAKAMO pour la Province du Nord-Kivu. La goutte d’eau qui a débordée la vase et occasionnée les tiraillements entre la jeunesse de Mwenga dans toute sa diversité avec la Caritas/Bukavu est née à partir du moment où cette dernière sachant qu’elle a été retenue par l’UNICEF pour exécuter le projet Wash à Mwenga a préferé lancer l’offre et recruté le personnel d’exécution du projet à Bukavu en lieu et place de Mwenga où la jeunesse n’a eu droit qu’à des petits fretins selon leurs propres dires. Furieuse de cette situation qu’elle considère comme une injure, la jeunesse de Mwenga, déjà infectée par le chômage, avait jugé bon de bruler les pneuds au petit matin du 26/01/2021 pour manifester sa colère et empêcher la délegation de Caritas Bukavu de faire le déployement sur terrain de ses agents récrutés à Bukavu lorsqu’ils ont mis leurs pieds au Chef lieu du Territoire. Ces derniers, pour sauver leurs peaux, n’avaient pas d’autres choix que de rebrousser chemin. D’où le blocage du projet. Plusieurs tentatives de rapprochement ont été initiées mais malheureusement sans succès. l’implication personnelle de sa Majesté Mwami Kalenga dans ce dossier va deboucher à cette réunion d’harmonisation de vues qui s’est tenue ce mercredi 14/04/2021 dans la salle polyvalente de la Chefferie. Cette rencontre a permis d’arrondir les angles d’autant plus que le Directeur de la Caritas Bukavu a reconnu publiquement que son institution a péché du fait de n’avoir pas affiché l’offre d’emploi à Mwenga surtout que le projet doit être exécuté sur place et les bénéficiaires se trouvent être la population de Mwenga. Il a promis, après un débat houleux et très riche, de tenir compte des recommandations arrêtées dans ces assises parmi lesquelles, la publication de l’offre d’emploi, le test d’embauche, la correction des copies et la publication des résultats doivent se faire à Mwenga en ce qui concerne le deuxième projet du programme qui va commencer dans quatre mois. Notons que la rencontre a été honorée par la présence de l’Honorable Blandine Moza Kalafula, Questeur de l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu et Ishiba lya Mwami A’LENGA. Ses contributions dans la recherche d’harmonisation des vues entre parties ont été appréciées par l’assemblée. Au regard donc des conclusions de cette rencontre, Il y a lieu de donner raison aux sages qui avaient déjà compris depuis les millénaires que les divergences ne peuvent étre résolues que si les gens se mettent ensemble.

Mwenga: Face à la dégradation avancée de la Route Nationale n°2, la solution palliative sur certains troçons serait la bienvenue

La situation catastrophique aujourd’hui que traverse le Territoire de Mwenga suite à la dégradation avancée de la route nationale n°2 préoccupe plus d’une personne.
Malgré les avancées notables observées ces derniers temps au regard des travaux déjà effectués sur terrain par l’Office des Routes et la compagnie minière chinoise ORC sur le tronçon allant des escarpements de Mise en garde jusqu’à Kalama en passant par Kilungutwe, beaucoup restent encore à faire surtout dans les grands bourbiers de KIYONVU, KALAMBI, KIBUMBA et KIBANDA.
C’est sur base de ce constant que le tronçon Kiyonvu-Mwenga centre voire le bourbier de Kibanda nécessitent des travaux de réhabilitation de grande envergure afin de permettre à la population de Mwenga -Centre, Kamituga et Kitutu d’avoir accès aux produits manufacturés et de première nécessité. Soulignons que sur le marché local, les effets de la dégradation de la route sont fortement ressentis avec la hausse des prix des denrées alimentaires et d’autres produits ; des signes de malnutrition et de Kwashiorkor s’observent chez certains enfants de moins de 5 ans car les parents éprouvent des difficultés sans précédent pour trouver à manger à leurs enfants.
Il y a lieu de rappeler que la même population de Mwenga d’une manière globale vit déjà les effets de la guerre dans les hauts plateaux d’Itombwe qui déversent des populations obligées de fuir leurs villages vers les coins les plus sécurisés ; celles-ci en dépit de la famine qui bat record dans le territoire deviennent une charge énorme pour leurs familles d’accueil. Il en est de même des familles qui quittent Luntukulu dans le Territoire de Walungu, Chefferie de Ngweshe qui se deversent dans la Chefferie de Basile pour trouver le lieu de refuge. Des organisations humanitaires et autres personnes de bonne volonté qui souhaiteraient alléger la souffrance de cette population dont le degré de vulnérabilité est de plus en plus élevé peinent à acheminer leurs aides à Mwenga centre.
Décidé de briser le silence, le Mwami Kalenga a rencontré ce vendredi 10 avril 2021, à son bureau, le Directeur Provincial du Sud-Kivu de l’Office des Routes pour discuter de la question de réhabilitation de cette route et de présenter son plaidoyer de créer dans un premier temps un passage pour les camions embourbés avant d’attaquer les gros travaux dans les grands bourbiers susmentionnés.
Ceci permettra non seulement de libérer les camions remplis des marchandises actuellement en difficulté de s’effrayer le passage afin d’atteindre Mwenga, Kamituga voire Kitutu mais également faciliter les organisations humanitaires dont certaines ont suspendu leurs activités dans la zone du fait de n’avoir pas un accès facile aux informations sur les besoins humanitaires dans le territoire de Mwenga.
Au cours de cet entretien, il a recommandé que l’Office des Routes, Direction Provinciale du Sud-Kivu avec la société minière chinoise qui travaillent sur ce tronçon conjuguent d’avantage les efforts pour redonner les populations de Mwenga une route qui va leur permettre de sortir du trou noir auquel elles sont plongées face à cette véritable insécurité alimentaire qui s’observe dans tous les coins et recoins. Ne dit-on pas que la route chasse l’insécurité?